SUEZ : la blockchain au service de l’économie circulaire

Engagé depuis 150 ans dans des programmes d’innovation dans les métiers et les services de l’eau, de l’assainissement, de la collecte et de la valorisation des déchets, SUEZ imagine et conçoit avec ses clients des solutions innovantes au service de la transition écologique. Sa raison d’être ? Façonner un environnement durable, dès maintenant.

Au quotidien, SUEZ favorise notamment le passage d’un modèle linéaire qui surconsomme les ressources, à une économie circulaire qui leur donne une seconde vie. Persuadé des bénéfices que la technologie blockchain peut apporter dans l’économie circulaire, SUEZ a choisi de collaborer avec Crystalchain, expert de la blockchain, pour un premier projet autour de la traçabilité des matières premières secondaires.

SUEZ en 2020

  • 4.2 millions de tonnes de matières premières secondaires* réinjectées dans l’économie circulaire
  • 8.7 térawattheures d’énergie renouvelable produits
  • 2,1 Milliards de mètres cube d’eau alternative produites

Confiance et coopération : les enjeux fondamentaux de l’économie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire et consommer de manière durable, en limitant le gaspillage et l’épuisement de nos ressources naturelles. Cela passe notamment par le recyclage des déchets et l’utilisation de matières premières secondaires, c’est-à-dire des matières premières produites à partir de déchets. Pourtant, la logistique de recyclage des déchets relève d’un certain niveau de complexité et implique des acteurs divers, tels que des laboratoires d’analyses, des transporteurs et des usines de recyclage. Pour que la démarche d’économie circulaire soit une réussite, il est notamment nécessaire que :

  • les marques et les consommateurs aient confiance en la matière première secondaire;
  • les différents acteurs coopèrent pour structurer des filières durables.

 

Blockchain : une technologie vertueuse, une traçabilité indiscutable

Blockchain : technologie qui permet de stocker et de transmettre de l’information, sous forme de blocs chaînés les uns aux autres.

Les informations de la blockchain sont stockées sur différents serveurs, et chaque participant héberge l’un de ces serveurs. Le chaînage des informations les rend alors inviolables et non modifiables.

Pour renforcer la confiance dans la qualité des matières premières secondaires, SUEZ a développé trois solutions digitales complémentaires : une application mobile pour collecter les données sur le terrain, un moteur de traçabilité blockchain pour consolider et sécuriser les données, un portail de supervision pour que chaque partie prenante accède en autonomie et au fil de l’eau aux données.

Pour que son projet voie le jour, SUEZ s’est appuyé sur son expérience dans le développement de solutions digitales au service de l’Environnement et son ancrage fort dans les écosystèmes métier et, côté blockchain, sur l’expertise technologique de Crystalchain.

Sylvain Cariou, président de Crystalchain et de la Commission de normalisation de la blockchain à l’AFNOR, explique à ce propos : « L’avantage avec la blockchain, c’est que personne ne peut prendre le pouvoir sur les autres. C’est donc un excellent moyen de mettre plusieurs personnes autour de la table. Les acteurs de la blockchain discutent du partage des données et collaborent pour améliorer la traçabilité de leur filière. Finalement, la blockchain est une technologie qui permet de déclencher des discussions entre des acteurs, pour la mise en commun de données. »

 

Cas d’usage : le retour au sol des boues des stations d’épuration

La valorisation des boues de stations d’épuration par retour au sol connait un besoin accru de transparence et de confiance. En plus d’être soumise à une règlementation très stricte, cette filière mobilise de nombreux acteurs en attente d’une traçabilité exemplaire des fertilisants agricoles. SUEZ a ainsi décidé de fiabiliser cette filière avec l’appui de la technologie Crystalchain.

« C’est pour ces raisons que nous avons voulu expérimenter la blockchain sur ce cas d’usage : cette technologie permet de collecter et sécuriser les données à chaque étape de la chaine de valeur, et en restituant une information fiable et infalsifiable à tous les acteurs de l’écosystème. »

Antoine Le Feuvre, directeur général SUEZ 3C (Digital Solutions for Citizens, Consumers and Companies)

 

Le processus de retour au sol des stations d’épuration se déroule en différentes étapes dans lesquelles interviennent de multiples acteurs :

Au-delà de cette première chaîne, d’autres acteurs interviennent : les services de l’Etat, les producteurs de boues – collectivités ou industriels, etc. In fine, 10 à 12 acteurs prennent ainsi part au processus d’épandage des boues des stations d’épuration.

Chaque événement renseigné par les participants (analyse, transport, constitution de lot, etc.) génère alors une trace qui va être rentrée directement dans la blockchain, pour être notarisée. Les informations sont collectées auprès des systèmes d’information des différents participants ou via une application mobile, pour ceux qui travaillaient avant sur papier (entreprises de travaux agricoles notamment). Pour ce premier cas d’usage, SUEZ s’appuie sur Crystalchain pour reconstituer l’histoire de chaque lot et réunifier chacune de ces traces, en vue d’établir la traçabilité de la filière.

« Nous avons mené ce projet de manière conjointe avec Suez. Suez a l’expertise métier et la connaissance parfaite de la filière ; nous avons l’expertise de traçabilité grâce à la technologie blockchain. Ce genre de projet se déroule en deux phases. La première consiste à comprendre et à spécifier les étapes et les données de la filière, la seconde à paramétrer l’outil Crystalchain pour qu’il réponde à ces spécifications. Ce qui compte aussi beaucoup, c’est la collaboration des participants, ce que Suez a parfaitement réussi : faire venir autour de la table tous les gens qui participent à cette filière. »

Sylvain Cariou, président de Crystalchain

 

Les résultats obtenus grâce à Crystalchain

Les retours des acteurs de la filière et des utilisateurs finaux sont très positifs. La blockchain a en effet permis d’accélérer la digitalisation de la filière, ce qui a considérablement facilité le travail des participants. Auparavant, l’information était stockée et transmise sur papier. Bien que conforme à la réglementation, ce procédé était relativement lourd pour les équipes, et les informations ne circulaient pas de manière fluide entre les maillons de la chaîne. Le projet blockchain a alors permis de mobiliser tout le monde autour d’un objectif commun de partage d’information, tout en facilitant le travail quotidien de chacun.

« Avant, les transporteurs et les épandeurs travaillaient sur papier. Ils ont accepté d’utiliser les applications smartphones, et depuis c’est beaucoup plus efficace ! Les transporteurs y ont vu une façon différente de travailler, de planifier leurs interventions. Les personnes qui opèrent sur le site de traitement ont également une visibilité beaucoup plus forte sur l’ensemble de la filière et peuvent réagir de façon beaucoup plus proactive. Par rapport à d’autres logiques de traçabilité, la blockchain permet d’accélérer le temps : on a une mise à disposition beaucoup plus rapide de l’information. » 

Antoine Le Feuvre, directeur général SUEZ 3C (Digital Solutions for Citizens, Consumers and Companies)

 

Après avoir expérimenté ce premier cas d’usage, notamment avec la technologie Crystalchain, SUEZ l’a intégrée dans une solution commerciale, SludgeAdvanced®. Ce dispositif vise à augmenter la confiance et la traçabilité dans le retour au sol des boues de stations d’épuration, grâce à la blockchain.

 

Et demain ?

Convaincu de la pertinence de la blockchain au service de l’économie circulaire, SUEZ a souhaité aller plus loin que ce cas d’usage, en lançant CircularChain. Première blockchain de l’économie circulaire, cette solution a pour objectif de couvrir à l’avenir d’autres usages que celui du retour au sol des boues de station d’épuration. Autant dire que la blockchain au service de l’économie circulaire a donc de beaux jours devant elle, et c’est tant mieux pour la planète !

 

A propos de Crystalchain

Crystalchain est une société de traçabilité blockchain fondée en 2016.

Elle a développé une plateforme disponible sur le cloud, reposant sur la technologie blockchain, permettant d’enregistrer et de partager entre différentes parties prenantes des informations relatives à un produit donné et faisant état d’événements tels que la production, le stockage, le transport, le contrôle qualité, et toute autre information pertinente.

Cette plateforme permet ainsi le suivi de bout en bout des produits à l’échelle mondiale et quelle que soit la complexité de la chaîne.

 

Contactez-nous