La transparence comme accélérateur de croissance durable

The Unblocked, newsletter spécialisée en actualités blockchain, a récemment publié sur Spotify un podcast au sujet de Crystalchain, jeune entreprise de traçabilité, avec Maxime Michelot, Chef de Projet. Vous en trouverez des extraits transcrits ci-après.

Pour plus d’actualités sur l’entreprise et ses projets (y compris un projet sur la notation environnementale avec l’Ademe et le Ministère de la Transition Ecologique), la technologie blockchain, les enjeux, et les espoirs d’avenir, n’hésitez pas à écouter le podcast en entier ou à aller voir la transcription !

Apporter la confiance à l’économie circulaire

« Nous opérons aujourd’hui sur trois secteurs d’activité que sont l’agroalimentaire, le secteur mode-luxe-textile ainsi que l’économie circulaire, notamment au travers d’un projet assez important pour Suez nommé CircularChain. Sur ce sujet par exemple, nous leur avons mis à disposition toute notre technologie sous-jacente et nous les avons accompagnés dans la gestion du projet. En quelques mots, l’objectif est de leur permettre de tracer tous les évènements liés à la récupération, le stockage, la transformation et l’analyse des boues de stations d’épuration ; depuis leur collecte en station d’épuration jusqu’à leur épandage sur les parcelles agricoles.

L’objectif est d’apporter un nouveau niveau de confiance entre l’ensemble des nombreux acteurs car c’est un secteur particulièrement réglementé au travers duquel il y a beaucoup de données à structurer et il est important pour les collectivités territoriales et les agriculteurs d’avoir confiance en cette donnée avant d’épandre de la matière organique sur leurs parcelles. La blockchain vient ici étoffer les solutions Suez existantes afin d’apporter plus de confiance dans la donnée. »

Fiabilité des informations

« Une question qui revient souvent est celle de la fiabilité des sources d’informations qui sont introduites dans la blockchain. Il y a plusieurs réponses à cela. La donnée est d’abord notarisée dans la blockchain afin de savoir qui l’a enregistrée et à quel moment, pour remonter si besoin à la source de l’erreur ou de la fraude. Ensuite elle est responsabilisante dans le sens où elle « horodate » l’information car un acteur qui va saisir une information va comme « passer chez le notaire » , c’est gravé dans le marbre, mais si c’est modifié, l’historique demeure : il s’engage et est garant de sa donnée. Également, il existe un certain nombre d’éléments aujourd’hui permettant de faire en sorte que la réalité physique soit concordante avec la réalité digitale, notamment via les analyses de cohérence à tous les niveaux de la chaine. Il est également possible de passer par de l’IoT pour capter des données de température par exemple. 

Sylvain Cariou (président de Crystalchain) est également président de la commission française de normalisation de la technologie blockchain à l’Afnor et travaille actuellement avec l’ISO à établir une norme relative au niveau de confiance que l’on peut attribuer à une donnée en fonction d’un certain nombre de critères (provenance, format, etc…) afin de lui octroyer une note de confiance et standardiser in fine l’information de manière universelle. »

Sustainability 

« Nous travaillons également la restitution des informations de traçabilité auprès des parties prenantes pour leur permettre de piloter leur activité. C’est intéressant dans le sens où l’on vient récupérer de l’information qui est très spécifique à chaque acteur. On peut leur restituer l’impact environnemental et sociétal de leurs activités via des tableaux de bords et KPI afin de les aider à réduire leur consommation d’eau, d’énergie, leurs émissions de gaz à effet de serre, leur impact sur la biodiversité, et donc de mieux suivre l’évolution de leurs performances RSE. »

Contactez-nous pour en savoir plus.