Foire aux questions

Vous recherchez une information ? La foire aux questions vous permet d'accéder aux réponses des questions les plus fréquemment posées par nos clients.

Foire aux questions

Gestion de projet

Gestion de projet

Le meilleur moyen est de construire un projet en deux étapes :

1ère étape : vous n’impliquez qu’un sous-ensemble d’acteurs pour l’ensemble de la blockchain : les plus pertinents et les plus motivés : vous choisissez généralement 1 à 3 fournisseurs et 1 à 3 clients. Au début, vous vous focalisez uniquement sur quelques produits que vous avez sélectionnés.

2ème étape : une fois la plate-forme de traçabilité lancée et testée avec succès, il est beaucoup plus facile d’impliquer l’ensemble des acteurs de la blockchain : tous vos clients et fournisseurs, et les fournisseurs de vos fournisseurs.

Chez Crystalchain nous avons fait le choix de nous adapter à l’organisation, aux processus et aux données existants de nos entreprises clientes. Ainsi, l’impact pour elles est extrêmement limité. 

En outre, notre solution offre les avantages suivants : 

  • Amélioration de la qualité et de la disponibilité des informations sur la traçabilité
  • Simplification de l’audit
  • Amélioration de la transparence
  • Valorisation du travail de chaque acteur, au profit du produit fini et donc du consommateur.

Le meilleur moyen est de construire un projet en deux étapes :

1ère étape : vous n’impliquez qu’un sous-ensemble d’acteurs pour l’ensemble de la blockchain : les plus pertinents et les plus motivés : vous choisissez généralement 1 à 3 fournisseurs et 1 à 3 clients. Au début, vous vous focalisez uniquement sur quelques produits que vous avez sélectionnés.

2ème étape : une fois la plate-forme de traçabilité lancée et testée avec succès, il est beaucoup plus facile d’impliquer l’ensemble des acteurs de la blockchain : tous vos clients et fournisseurs, et les fournisseurs de vos fournisseurs.

Chez Crystalchain nous avons fait le choix de nous adapter à l’organisation, aux processus et aux données existants de nos entreprises clientes. Ainsi, l’impact pour elles est extrêmement limité. 

En outre, notre solution offre les avantages suivants : 

  • Amélioration de la qualité et de la disponibilité des informations sur la traçabilité
  • Simplification de l’audit
  • Amélioration de la transparence
  • Valorisation du travail de chaque acteur, au profit du produit fini et donc du consommateur.

Le consommateur

Le consommateur

Aujourd’hui, le QR code est le moyen le plus répandu et le plus simple pour accéder à des informations numérisées. Des lecteurs de QR code sont disponibles sur tous les smartphones, soit par l’intermédiaire de l’application appareil photo, soit avec une application spécifique (installée par défaut ou disponible sur l’app store du smartphone). 

D’autres technologies existent, comme les puces RFID, par exemple, mais très peu de smartphones sont actuellement capables de les lire. Cela dit, nous restons attentifs aux évolutions du marché et aux progrès technologiques.

Il existe deux types d’utilisateurs :

  • les entreprises opérant dans la blockchain : agriculteurs, auditeurs, fournisseurs, etc.
  • les consommateurs

Les entreprises peuvent accéder à toutes les données de la blockchain. Cependant, si certaines d’entre elles veulent limiter la visibilité de certaines données, elles le peuvent. Par exemple, si deux entreprises fournissent le même client, chacune d’entre elles voudra garder ses informations de vente et de livraison confidentielles vis à vis de l’autre. Bien sûr, les données sont là, mais elles ne sont visibles que par les entreprises qui auront été autorisées à les voir. Si nous devons partager ces données, dans le cas d’un litige par exemple, nous ne le faisons qu’avec l’acteur autorisé, par exemple un auditeur.

Le consommateur n’a accès qu’aux données qu’il a besoin de voir. Cela s’explique d’une part par le fait que certaines données peuvent être confidentielles. D’autre part, certaines données peuvent être trop complexes ou sans intérêt pour le consommateur. C’est pourquoi la restitution au consommateur est un « condensé » des données de la blockchain.

La confidentialité est un paramètre crucial pour les organisations, et les blockchains que nous construisons intègrent parfaitement cette contrainte. Ainsi notre plateforme permet un contrôle minutieux des droits d’accès, et chaque utilisateur est choisi et certifié par l’administrateur de chaque chaîne de valeur. Cela permet de maintenir la confidentialité au niveau décidé par chaque client.

Aujourd’hui, le QR code est le moyen le plus répandu et le plus simple pour accéder à des informations numérisées. Des lecteurs de QR code sont disponibles sur tous les smartphones, soit par l’intermédiaire de l’application appareil photo, soit avec une application spécifique (installée par défaut ou disponible sur l’app store du smartphone). 

D’autres technologies existent, comme les puces RFID, par exemple, mais très peu de smartphones sont actuellement capables de les lire. Cela dit, nous restons attentifs aux évolutions du marché et aux progrès technologiques.

Il existe deux types d’utilisateurs :

  • les entreprises opérant dans la blockchain : agriculteurs, auditeurs, fournisseurs, etc.
  • les consommateurs

Les entreprises peuvent accéder à toutes les données de la blockchain. Cependant, si certaines d’entre elles veulent limiter la visibilité de certaines données, elles le peuvent. Par exemple, si deux entreprises fournissent le même client, chacune d’entre elles voudra garder ses informations de vente et de livraison confidentielles vis à vis de l’autre. Bien sûr, les données sont là, mais elles ne sont visibles que par les entreprises qui auront été autorisées à les voir. Si nous devons partager ces données, dans le cas d’un litige par exemple, nous ne le faisons qu’avec l’acteur autorisé, par exemple un auditeur.

Le consommateur n’a accès qu’aux données qu’il a besoin de voir. Cela s’explique d’une part par le fait que certaines données peuvent être confidentielles. D’autre part, certaines données peuvent être trop complexes ou sans intérêt pour le consommateur. C’est pourquoi la restitution au consommateur est un « condensé » des données de la blockchain.

La confidentialité est un paramètre crucial pour les organisations, et les blockchains que nous construisons intègrent parfaitement cette contrainte. Ainsi notre plateforme permet un contrôle minutieux des droits d’accès, et chaque utilisateur est choisi et certifié par l’administrateur de chaque chaîne de valeur. Cela permet de maintenir la confidentialité au niveau décidé par chaque client.

L'industrie agro-alimentaire

L'industrie agro-alimentaire

Une question qui revient très souvent est celle de la contamination. Lorsqu’un lot de produits se révèle positif pour la présence d’une bactérie néfaste, des alertes sont automatiquement déclenchées dans le système, ce qui signifie que les produits du lot contaminé peuvent tous être localisés en quelques secondes. Le client peut alors utiliser ces informations pour gérer le rappel ou le retrait du produit. 

L’utilisation d’une solution de traçabilité blockchain avec des capacités de restitution au consommateur permet aux marques de contrôler l’intégralité de ce que le consommateur peut apprendre de cette restitution. 

Dans le cas de Yuka ou d’applications équivalentes, ne sont analysées que les informations nutritionnelles (graisses, sucres, calories, fibres, etc.). Ainsi, parfois un produit qui peut être de très haute qualité, mais qui par nature est sucré, salé ou gras (comme par exemple un chocolat grand cru, des chips artisanales ou un jambon de Bayonne affiné dans les règles de l’art)  aura toujours une mauvaise note Yuka. 

Contrairement à Yuka, notre solution réunit tous les acteurs d’une chaîne de valeur donnée pour fournir les informations nécessaires à l’évaluation de la qualité d’un produit (santé et sécurité, nutrition, éthique, origine). Ces informations peuvent ensuite être relayées au consommateur.

Le QR code est un moyen d’utiliser un espace publicitaire gratuit, à savoir l’emballage du produit, et de communiquer plus et mieux avec le consommateur par rapport à que ce qui est en général sur l’étiquette : valeur nutritionnelle, interviews d’agriculteurs, recettes, etc.

L’une des utilisations les plus puissantes de la blockchain pour la traçabilité est sa capacité à déterminer, à tout moment, l’emplacement exact d’un produit donné. C’est un atout considérable pour les entreprises de logistique et les responsables de la supply chain qui travaillent dans un environnement à flux tendu. En effet cela signifie que les stocks peuvent être suivis en temps réel, et chaque fois qu’un acteur de la chaîne de valeur livre ou prend un lot de produits, celui-ci est enregistré dans la blockchain. En quelques secondes, vous savez où se trouve un lot et quand il doit être livré et ainsi identifier d’éventuels blocages. Cela permet d’optimiser la supply chain et de gagner de 48 à 72 heures pour la mise en rayon.

Une question qui revient très souvent est celle de la contamination. Lorsqu’un lot de produits se révèle positif pour la présence d’une bactérie néfaste, des alertes sont automatiquement déclenchées dans le système, ce qui signifie que les produits du lot contaminé peuvent tous être localisés en quelques secondes. Le client peut alors utiliser ces informations pour gérer le rappel ou le retrait du produit. 

L’utilisation d’une solution de traçabilité blockchain avec des capacités de restitution au consommateur permet aux marques de contrôler l’intégralité de ce que le consommateur peut apprendre de cette restitution. 

Dans le cas de Yuka ou d’applications équivalentes, ne sont analysées que les informations nutritionnelles (graisses, sucres, calories, fibres, etc.). Ainsi, parfois un produit qui peut être de très haute qualité, mais qui par nature est sucré, salé ou gras (comme par exemple un chocolat grand cru, des chips artisanales ou un jambon de Bayonne affiné dans les règles de l’art)  aura toujours une mauvaise note Yuka. 

Contrairement à Yuka, notre solution réunit tous les acteurs d’une chaîne de valeur donnée pour fournir les informations nécessaires à l’évaluation de la qualité d’un produit (santé et sécurité, nutrition, éthique, origine). Ces informations peuvent ensuite être relayées au consommateur.

Le QR code est un moyen d’utiliser un espace publicitaire gratuit, à savoir l’emballage du produit, et de communiquer plus et mieux avec le consommateur par rapport à que ce qui est en général sur l’étiquette : valeur nutritionnelle, interviews d’agriculteurs, recettes, etc.

L’une des utilisations les plus puissantes de la blockchain pour la traçabilité est sa capacité à déterminer, à tout moment, l’emplacement exact d’un produit donné. C’est un atout considérable pour les entreprises de logistique et les responsables de la supply chain qui travaillent dans un environnement à flux tendu. En effet cela signifie que les stocks peuvent être suivis en temps réel, et chaque fois qu’un acteur de la chaîne de valeur livre ou prend un lot de produits, celui-ci est enregistré dans la blockchain. En quelques secondes, vous savez où se trouve un lot et quand il doit être livré et ainsi identifier d’éventuels blocages. Cela permet d’optimiser la supply chain et de gagner de 48 à 72 heures pour la mise en rayon.

Technologie

Technologie

La technologie blockchain garantit que l’information ne peut pas être altérée ou modifiée. Au point que, même une erreur au niveau de la saisie des données ne peut être effacée. En effet toute erreur ne peut être corrigée qu’en enregistrant une nouvelle trace rectificative qui s’ajoute à la trace erronée existante. De même, il est impossible pour les utilisateurs de renier à posteriori la saisie des informations qu’ils ont enregistrées sur la chaîne. C’est le principe de la non-répudiation. 

En plus de cette sécurité inhérente à la technologie blockchain, nous nous appuyons sur deux niveaux de blockchain. Les traces sont d’abord notariées une par une dans une blockchain privée (dite de consortium), puis nous enregistrons une empreinte numérique de cette blockchain de consortium sur la blockchain publique Ethereum MainNet. Ce double niveau de sécurité nous permet d’aller encore plus loin dans la protection et l’immuabilité de l’information.

En outre, nous proposons à chaque partie prenante d’une chaîne de valeur d’héberger un nœud de blockchain privée et donc d’avoir une copie du registre en interne. 

Une blockchain n’empêche pas les participants de tricher, mais elle les en dissuade grandement. Tout d’abord, il est important de savoir que toutes les informations de traçabilité transmises sont de la responsabilité des acteurs et sont signées par eux. Si de fausses informations sont détectées à la suite d’un audit, ou d’un contrôle de cohérence des données, elles sont rapidement repérées et le fraudeur immédiatement identifié. La responsabilité et la technologie sont deux éléments clés pour obtenir des données fiables.

L’utilisation de la technologie blockchain implique la responsabilité de toutes les parties concernées : tous les participants de la chaîne s’engagent à fournir des informations précises et véridiques, à les enregistrer dans la blockchain. Cet engagement est matérialisé par la signature d’une charte de bonne conduite.  

En outre, nous vérifions automatiquement la cohérence des données. Par exemple, si un lot doit être analysé avant d’être expédié au client, nous nous assurons que les résultats de cette analyse sont enregistrés dans la blockchain avant que le client n’enregistre la réception des marchandises. 

Nous effectuons également des contrôles pour nous assurer qu’il y a cohérence entre les quantités de marchandises entrantes et sortantes d’une unité de production. Par exemple, si un fabricant déclare produire une tonne de pain bio, nous vérifions qu’il a acheté la bonne quantité de farine bio (environ deux tiers du poids du produit fini). Ceux qui se trouvent en amont et en aval d’un participant qui tente de tromper le système seront avertis en cas d’incohérence de ce type dans les données.

Dans pratiquement tous les secteurs, des auditeurs indépendants vérifient régulièrement que les matériaux, les procédés ou les produits correspondent à une norme prédéfinie. Tout écart par rapport à cette norme détecté lors d’un audit fera l’objet d’une investigation afin d’identifier l’origine de l’erreur ou de la fraude. 

Un autre moyen de s’assurer qu’aucune donnée frauduleuse ou erronée ne se glisse dans la blockchain est l’utilisation d’objets connectés. Des capteurs, des actionneurs ou d’autres technologies mesurent et transmettent automatiquement les informations physiques sous forme cryptée à l’enregistrement numérique. Cette méthode dépend évidemment de l’intégrité des capteurs et de leur utilisation.

Les progrès technologiques sont de plus en plus rapides et fréquents, c’est donc une hypothèse que nous ne pouvons exclure. Néanmoins, notre vision est que tous les biens de consommation seront tracés sur la blockchain d’ici 5 à 10 ans. En tout état de cause, la partie la plus complexe d’un projet de traçabilité consiste à réunir tous les acteurs autour de la table et à les amener à coopérer et à partager les données. Ainsi, une fois  cette organisation en place, la migration de la technologie blockchain vers une autre technologie hypothétique dans plusieurs années sera aisée.  

Cette question, qui a fait l’objet de nombreux articles dans la presse, ne concerne en fait que la blockchain du bitcoin. Les blockchains privées que nous créons pour nos clients ne nécessitent qu’un nombre très limité d’ordinateurs (un par acteur en général) et donc ne consomment que très peu d’énergie.  

Nous n’avons recours à la blockchain publique Ethereum pour enregistrer une seule information, qu’une fois par jour.  De plus, Ethereum sera mise à niveau dans le courant de l’année (2020) avec un algorithme de Proof of Authority (qui consomme très peu d’énergie).



Ces deux technologies sont utilisées pour les solutions de traçabilité blockchain, et aucune n’est fondamentalement meilleure que l’autre. Elles ont des différences, mais toutes deux sont pertinentes : elles permettent de créer, de crypter, de mettre à jour (mais pas d’effacer) et de stocker des enregistrements d’événements physiques, ainsi que de les partager à travers tous les nœuds d’une chaîne donnée. 

D’autres blockchains apparaissent régulièrement, répondant à de nouveaux besoins et repoussant les limites des solutions existantes. En outre, les technologies actuelles évoluent également.

Nous pensons que plusieurs plates-formes blockchain seront utilisées simultanément. Il est important qu’elles soient interopérables, aussi, y travaillons-nous.  

La technologie blockchain garantit que l’information ne peut pas être altérée ou modifiée. Au point que, même une erreur au niveau de la saisie des données ne peut être effacée. En effet toute erreur ne peut être corrigée qu’en enregistrant une nouvelle trace rectificative qui s’ajoute à la trace erronée existante. De même, il est impossible pour les utilisateurs de renier à posteriori la saisie des informations qu’ils ont enregistrées sur la chaîne. C’est le principe de la non-répudiation. 

En plus de cette sécurité inhérente à la technologie blockchain, nous nous appuyons sur deux niveaux de blockchain. Les traces sont d’abord notariées une par une dans une blockchain privée (dite de consortium), puis nous enregistrons une empreinte numérique de cette blockchain de consortium sur la blockchain publique Ethereum MainNet. Ce double niveau de sécurité nous permet d’aller encore plus loin dans la protection et l’immuabilité de l’information.

En outre, nous proposons à chaque partie prenante d’une chaîne de valeur d’héberger un nœud de blockchain privée et donc d’avoir une copie du registre en interne. 

Une blockchain n’empêche pas les participants de tricher, mais elle les en dissuade grandement. Tout d’abord, il est important de savoir que toutes les informations de traçabilité transmises sont de la responsabilité des acteurs et sont signées par eux. Si de fausses informations sont détectées à la suite d’un audit, ou d’un contrôle de cohérence des données, elles sont rapidement repérées et le fraudeur immédiatement identifié. La responsabilité et la technologie sont deux éléments clés pour obtenir des données fiables.

L’utilisation de la technologie blockchain implique la responsabilité de toutes les parties concernées : tous les participants de la chaîne s’engagent à fournir des informations précises et véridiques, à les enregistrer dans la blockchain. Cet engagement est matérialisé par la signature d’une charte de bonne conduite.  

En outre, nous vérifions automatiquement la cohérence des données. Par exemple, si un lot doit être analysé avant d’être expédié au client, nous nous assurons que les résultats de cette analyse sont enregistrés dans la blockchain avant que le client n’enregistre la réception des marchandises. 

Nous effectuons également des contrôles pour nous assurer qu’il y a cohérence entre les quantités de marchandises entrantes et sortantes d’une unité de production. Par exemple, si un fabricant déclare produire une tonne de pain bio, nous vérifions qu’il a acheté la bonne quantité de farine bio (environ deux tiers du poids du produit fini). Ceux qui se trouvent en amont et en aval d’un participant qui tente de tromper le système seront avertis en cas d’incohérence de ce type dans les données.

Dans pratiquement tous les secteurs, des auditeurs indépendants vérifient régulièrement que les matériaux, les procédés ou les produits correspondent à une norme prédéfinie. Tout écart par rapport à cette norme détecté lors d’un audit fera l’objet d’une investigation afin d’identifier l’origine de l’erreur ou de la fraude. 

Un autre moyen de s’assurer qu’aucune donnée frauduleuse ou erronée ne se glisse dans la blockchain est l’utilisation d’objets connectés. Des capteurs, des actionneurs ou d’autres technologies mesurent et transmettent automatiquement les informations physiques sous forme cryptée à l’enregistrement numérique. Cette méthode dépend évidemment de l’intégrité des capteurs et de leur utilisation.

Les progrès technologiques sont de plus en plus rapides et fréquents, c’est donc une hypothèse que nous ne pouvons exclure. Néanmoins, notre vision est que tous les biens de consommation seront tracés sur la blockchain d’ici 5 à 10 ans. En tout état de cause, la partie la plus complexe d’un projet de traçabilité consiste à réunir tous les acteurs autour de la table et à les amener à coopérer et à partager les données. Ainsi, une fois  cette organisation en place, la migration de la technologie blockchain vers une autre technologie hypothétique dans plusieurs années sera aisée.  

Cette question, qui a fait l’objet de nombreux articles dans la presse, ne concerne en fait que la blockchain du bitcoin. Les blockchains privées que nous créons pour nos clients ne nécessitent qu’un nombre très limité d’ordinateurs (un par acteur en général) et donc ne consomment que très peu d’énergie.  

Nous n’avons recours à la blockchain publique Ethereum pour enregistrer une seule information, qu’une fois par jour.  De plus, Ethereum sera mise à niveau dans le courant de l’année (2020) avec un algorithme de Proof of Authority (qui consomme très peu d’énergie).



Ces deux technologies sont utilisées pour les solutions de traçabilité blockchain, et aucune n’est fondamentalement meilleure que l’autre. Elles ont des différences, mais toutes deux sont pertinentes : elles permettent de créer, de crypter, de mettre à jour (mais pas d’effacer) et de stocker des enregistrements d’événements physiques, ainsi que de les partager à travers tous les nœuds d’une chaîne donnée. 

D’autres blockchains apparaissent régulièrement, répondant à de nouveaux besoins et repoussant les limites des solutions existantes. En outre, les technologies actuelles évoluent également.

Nous pensons que plusieurs plates-formes blockchain seront utilisées simultanément. Il est important qu’elles soient interopérables, aussi, y travaillons-nous.  

Entreprises

Entreprises

Notre plateforme est capable de s’adapter à n’importe quelle filière, même la plus complexe. Nous avons mis en place avec succès des plates-formes de traçabilité blockchain pour des industries aussi diverses que l’alimentaire, les services publics, le luxe et le textile, qui sont parfois extrêmement complexes : diversité des sources d’information, complexité des flux, variété de langues…etc.

Notre plateforme s’adapte parfaitement à tout type d’entreprise ou d’organisation (grandes entreprises, PME, agriculteurs, artisans, etc.), quel que soit son niveau de maturité technologique. Il est possible d’enregistrer des informations par tous moyens, du plus avancé au plus simple :  le « machine to machine » (permettant une communication directe entre deux machines différentes, le transfert régulier de fichiers Excel (ou Json, ou autres formats), la saisie manuelle sur l’interface de notre plate-forme, ou même l’envoi d’un SMS pour les utilisateurs qui n’ont ni ordinateur ni connexion internet.

Oui, bien sûr. Il est en effet possible de retracer les différentes étapes d’un produit transformé, pour autant que tous les acteurs soient disposés à participer et à enregistrer les traces relatives à leur partie de la chaîne. Par exemple, pour un plat cuisiné, il y a plusieurs dizaines d’ingrédients, tous provenant de producteurs de matières premières très différents, mais il n’y a aucune raison pour que la chaîne ne puisse pas être tracée depuis le produit fini jusqu’aux origines de chaque matière première individuelle. En général, au début d’un projet, les principaux ingrédients ou ceux qui peuvent être mal perçus sont tracés, et les autres sont ajoutés à la chaîne par la suite.

Notre solution de traçabilité blockchain vous apporte autant de transparence que nécessaire, mais pas plus. Vous choisissez les informations qui sont restituées au consommateur, et vous n’avez pas besoin de divulguer des détails sur votre entreprise ou votre filière si vous ne le souhaitez pas.

Vous pouvez certainement dire à vos partenaires et à vos clients que le produit que vous vendez est tracé (entièrement ou partiellement) grâce à la technologie blockchain. Vous pouvez citer la technologie que nous utilisons (Ethereum) pour les convaincre qu’elle est fiable, sûre et régulièrement sauvegardée.

Nos clients utilisent notre solution dans trois buts distincts :

  1. Montrer la valeur de leur produit au consommateur. L’objectif est de vendre plus à un prix plus élevé.
  2. Prévenir les crises et pouvoir les gérer efficacement si elles surviennent : par exemple, une alerte à la contamination alimentaire ou un scandale éthique. 
  3. Assurer la pérennité, ou en d’autres termes : la survie. Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes conscients de l’importance d’anticiper les crises afin de limiter les dégâts qu’elles peuvent causer. 

Pour le premier point, nous avons un exemple. L’un de nos clients est un acteur important du secteur de la laine ; c’est un marché très concurrentiel. C’était presque une question de survie pour lui de pouvoir développer un label s’appuyant sur un cahier des charges d’exigences éthiques pour l’origine du produit et de ses traitements (bien-être animal, respect de l’environnement pour les opérations de lavage et teinture). Ainsi grâce à ce label s’appuyant sur des informations prouvées, notre client a pu augmenter le prix de sa laine de 1 à 2 % (dans une industrie où la rentabilité est de à 3 %, une telle augmentation a un impact énorme). Il a également pu augmenter son volume de ventes grâce aux certifications éthiques, gagnant ainsi des parts de marché auprès de nouveaux clients parmi les géants du luxe.

Notre plateforme est capable de s’adapter à n’importe quelle filière, même la plus complexe. Nous avons mis en place avec succès des plates-formes de traçabilité blockchain pour des industries aussi diverses que l’alimentaire, les services publics, le luxe et le textile, qui sont parfois extrêmement complexes : diversité des sources d’information, complexité des flux, variété de langues…etc.

Notre plateforme s’adapte parfaitement à tout type d’entreprise ou d’organisation (grandes entreprises, PME, agriculteurs, artisans, etc.), quel que soit son niveau de maturité technologique. Il est possible d’enregistrer des informations par tous moyens, du plus avancé au plus simple :  le « machine to machine » (permettant une communication directe entre deux machines différentes, le transfert régulier de fichiers Excel (ou Json, ou autres formats), la saisie manuelle sur l’interface de notre plate-forme, ou même l’envoi d’un SMS pour les utilisateurs qui n’ont ni ordinateur ni connexion internet.

Oui, bien sûr. Il est en effet possible de retracer les différentes étapes d’un produit transformé, pour autant que tous les acteurs soient disposés à participer et à enregistrer les traces relatives à leur partie de la chaîne. Par exemple, pour un plat cuisiné, il y a plusieurs dizaines d’ingrédients, tous provenant de producteurs de matières premières très différents, mais il n’y a aucune raison pour que la chaîne ne puisse pas être tracée depuis le produit fini jusqu’aux origines de chaque matière première individuelle. En général, au début d’un projet, les principaux ingrédients ou ceux qui peuvent être mal perçus sont tracés, et les autres sont ajoutés à la chaîne par la suite.

Notre solution de traçabilité blockchain vous apporte autant de transparence que nécessaire, mais pas plus. Vous choisissez les informations qui sont restituées au consommateur, et vous n’avez pas besoin de divulguer des détails sur votre entreprise ou votre filière si vous ne le souhaitez pas.

Vous pouvez certainement dire à vos partenaires et à vos clients que le produit que vous vendez est tracé (entièrement ou partiellement) grâce à la technologie blockchain. Vous pouvez citer la technologie que nous utilisons (Ethereum) pour les convaincre qu’elle est fiable, sûre et régulièrement sauvegardée.

Nos clients utilisent notre solution dans trois buts distincts :

  1. Montrer la valeur de leur produit au consommateur. L’objectif est de vendre plus à un prix plus élevé.
  2. Prévenir les crises et pouvoir les gérer efficacement si elles surviennent : par exemple, une alerte à la contamination alimentaire ou un scandale éthique. 
  3. Assurer la pérennité, ou en d’autres termes : la survie. Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes conscients de l’importance d’anticiper les crises afin de limiter les dégâts qu’elles peuvent causer. 

Pour le premier point, nous avons un exemple. L’un de nos clients est un acteur important du secteur de la laine ; c’est un marché très concurrentiel. C’était presque une question de survie pour lui de pouvoir développer un label s’appuyant sur un cahier des charges d’exigences éthiques pour l’origine du produit et de ses traitements (bien-être animal, respect de l’environnement pour les opérations de lavage et teinture). Ainsi grâce à ce label s’appuyant sur des informations prouvées, notre client a pu augmenter le prix de sa laine de 1 à 2 % (dans une industrie où la rentabilité est de à 3 %, une telle augmentation a un impact énorme). Il a également pu augmenter son volume de ventes grâce aux certifications éthiques, gagnant ainsi des parts de marché auprès de nouveaux clients parmi les géants du luxe.